Riche !!

fortune
quand donc arrêteras tu de me narguer de loin

fortune
je te veux je te hais
de n’être pas en route
vers moi

après tout
je suis pas pire qu’un autre
j’ai même envie d’aller ta main dedans la mienne
écumer les boutiques
répandre les cadeaux (suite…)

Naturae benedicite

Gentil petit zébu à la queue du troupeau
tes parents loin devant à diriger la horde avaient la tête ailleurs
et te voila piégé dans une fondrière
une patte brisée et tout ce sang qui perle….

Sans lait et rien à boire
tache noire velue dans la savane sèche
le jour en s’étirant accueille ton soupir
ton dernier. Tu es mort.
Seul.
Pas pour longtemps. Regarde !
Suis-je bête. Tu es cadavre, et n’entends plus.

(suite…)

Définition: L’hypermarché.

L’endroit idéal pour se pourrir le samedi. On y pousse un chariot lourd comme un âne mort, et il faut TOUJOURS être à moins de deux mètres de l’épouse, seule décideuse de contre quoi on échangera aujourd’hui l’équivalent de la tablette graphique dont on a tellement besoin contre des sacs en plastique et des biscuits secs. Le pire, c’est quand on y rencontre une de ses ex, magnifique depuis qu’elle s’est barrée, sexy comme ce n’est plus légal de nos jours aseptisés, papillonnant dans cet univers coloré qui fait s’envoler l’esprit des femmes et déprimer leurs maris.

Oui, le pire, car évidemment, on ne s’est pas rasé et on est habillé comme un plouc.

La problématique du Don – Part 2

La première partie est ici

Le lendemain, Yvan grillait consciencieusement une cigarette, assis à la place du passager dans ma voiture. Il m’expliqua que j’avais laissé la fenêtre ouverte, et que finalement, il était plus confortablement assis là que sur le capot plein de crottes d’oiseau. La logique d’Yvan a quelque chose d’implacable.
Je me demande encore comment les fenêtres pouvaient être ouvertes alors que leur fermeture est automatique quand je quitte la voiture. Comment pouvait-il savoir que c’était ma voiture ?  Je la possédais depuis trois jours seulement, et Yvan ne m’avait jamais vu au volant.

Le samedi, je bulle au lit le plus longtemps possible. Simplement, ce matin, tôt, l’idée m’était venue d’aller photographier des plaques de rue. Mais bon, Yvan était là. C’était foutu.

(suite…)

La problématique du Don – Part 1

Comme je l’ai déjà dit, je rencontre Yvan de temps en temps. Ce jour-là, c’était en ville, en milieu de matinée. J’aime bien me balader sans but dans les rues piétonnes, à regarder de quelle façon les hommes boutonnent leurs vestons, et comment les femmes serrent leur sac à main contre elles quant elles croisent un groupe de jeunes un peu bruyants. Je n’étais pas spécialement pressé. Quelques gouttes commençaient à mouiller les trottoirs; l’ozone apportait une odeur agréable, celle de la poussière repassée de frais. Nous sommes allés nous mettre à l’abri dans le seul coffee-shop du quartier, et je serais incapable de me rappeler comment la conversation en est venue là, mais nous avons parlé des ‘dons’. Voici donc ce qu’Yvan m’a expliqué ce jour-là, concernant les  ‘dons’ dont certains semblent être parés.

Naturellement, cet avis n’engage que lui. Certaines de ses opinions me semblent complètement farfelues. Mais il sait bien expliquer, et je le soupçonne d’avoir voulu me persuader de quelque chose d’abracadabrantesque, comme disait un de nos hommes d’état haut en couleurs. (suite…)

Définition : Le cycliste.

Le cycliste est un insecte bariolé assez maigre qui fuit devant l’automobile rutilante. La sélection naturelle fait que seuls les plus décharnés du mollet se retrouvent (comme autrefois les papillons multicolores avant l’invention de l’insecticide à l’usage du paysan aviateur) étalés sur les pare-brise. (pas de s au pluriel, note à l’attention des puristes). On en surprend parfois au repos en assez bon état, un pied posé dans l’herbe du frais talus et l’autre définitivement coincé dans une excroissance rotative de leur grillage porteur de roues, l’oreille vissée au BlackBerry qu’ils ne manquent jamais d’emporter avec eux.

Pfff… Belle excuse pour souffler.

PS Yvan me souffle que l’ “excroissance rotative” susdite s’appelle embrayage. Devant mon étonnement, puisque je croyais l’embrayage réservé aux automobiles, il confirme en arguant que l’embrayage, c’est la pédale de gauche.

Ah, non. Pas de politique, ici.

Définition : La perceuse.

C’est le revolver du cow-boy domestique. Mais contrairement à son homologue américain vindicatif, il ne dégaine que forcé par une épouse courroucée, suggérant une grève sexuelle s’il n’enlaidit pas le mur du salon avec le désolant point de croix encadré offert autrefois par la belle-mère à la naissance de l’héritier, et qui vient ce week-end nous le pourrir. Alors, magnifique et soumis, l’homme des temps modernes se saisit de l’outil rugissant et dépucelle le mur, au regret des voisins.