Roses d’antan

Vient du grand jardin suspendu
au chant de roses anciennes
le son du vent parmi les thyms

Bruissent l’iris et le lupin
comme veillés par tes statues
le pied mouillé sous les ramures

Jardin enfin je te connais
trois rossignols et clos de murs
quelques tortues et des rainettes
trillent ici tous leurs murmures
et soudain pépie l’alouette

Roses d’antan, saurez-vous dire
au creux d’une main recueillies
si demain saura nous ravir
de vos pétales encore fripés
près du parfum des souvenirs

Dans le patio des roses vieilles
ombres et couleurs semblent jouer
à qui sera le plus manquant
au visiteur un jour venu
goûter aux paix de tes merveilles
au visiteur déjà parti
– aux cahots de sa ville rendu –

Loin du grand jardin s’atténuent
les voix d’enfants sortis d’école
Poussent la rose et la glycine
grandit l’enfant et s’enracine
au terreau frais du temps passant
qui crée aux gens leur avenir

Anciennes roses, je vous salue.

Mai 2012, La Bonne Maison, La Mulatière.
https://sites.google.com/site/labonnemaisonfr/home

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s